Qu’est-ce-que le Dark Web ?

L’émergence de réseaux dans le réseau

C’est au début des années 2000 qu’un besoin de technologies permettant une forme d’anonymat sur internet émerge. Quelques rares pionniers s’y attèlent et la solution envisagée est de créer un ‘réseau dans le réseau’. Tout d’abord, Ian Clark lance la première version de Freenet, qui propose un réseau totalement distribué permettant de stocker de l’information de manière anonyme. En 2003, le développeur zzz lance la première version de I2P (Internet Invisible Protocole), qui va proposer un réseau décentralisé pour permettre des communications anonymes. Puis enfin Tor, issu de recherches effectuées dans les années 90 sera disponible dans sa première version publique en 2004.
Le dark web est ainsi né autour de ces trois technologies. Il allait alors se différentier techniquement du Web standard par l’apport d’une technologie d’anonymisation by design. Ces 3 technologies proposent chacune des fonctionnalités différentes.
Freenet I2P TOR Web
Communication anonyme by design OUI OUI OUI NON
Internet Caché CHK : / SSK : Extension des sites b32.i2p Extension des sites .onion Deep web
Accès Au web Anonyme NON NON OUI NON
Stockage Anonyme OUI NON NON NON
Friend to Friend OUI NON NON NON
Topology / Design Distribué Décentralisé Décentralisé Centralisé
Maillage territorial des sites de la mouvance anti-autoritaire

Les différentes topology des réseaux.

Freenet :

Très résilient, et procurant certainement l’anonymat le plus fort des trois, il permet de stocker de l’information de manière anonyme en utilisant un réseau distribué mais aussi un stockage des données distribuées. Il a ainsi permis de créer un dark web dans lequel les sites sont exclusivement des fichiers. Il permet aussi de communiquer via des forums ou un réseau social. Le fait qu’il soit totalement distribué lui permet une forte résilience, mais aussi une lenteur certaine. Comment accéder au dark web de Freenet ? Quelques point d’entrée sont disponibles dès la page d’accueil de Freenet.

Page d’accueil de Freenet.

I2P :

Il a la force de la souplesse et permet d’anonymiser d’autres technologies comme, par exemple, le protocole de téléchargement torrent. Ainsi, il permet de rendre discrets les outils de téléchargement à base de fichiers torrent. Comme Tor et Freenet, I2P dispose de son propre dark web ; celui-ci est constitué de micro sites web hébergés sur votre ordinateur (finissant par l’extension b32.i2p). On ne peut y accéder qu’en entrant dans le réseau anonyme I2P. Comment accéder au dark web de I2P ? Quelques sites du dark web I2P sont disponibles en utilisant l’interface.

Interface I2P.

Tor :

De la même façon que I2P, Tor est composé de plusieurs sites web dont le nom des sites finit par l’extension .onion. C’est certainement le réseau le plus volumineux en termes de contenu ; la mise en forme des sites du réseau Tor est d’une qualité identique à celle du clear web. C’est néanmoins son utilisation permettant d’anonymiser l’accès au web qui a fait son succès.

Si Tor a pris la quasi-totalité de l’espace en termes d’usage, il n’en reste pas moins que chacune de ces technologies garde des propriétés intrinsèques dignes d’intérêts :

  • Tor : accès au web standard de manière anonyme
  • Freenet : stockage résilient et anonyme
  • I2p : anonymisation multi-protocoles.

C’est grâce au fait que l’accès au web standard était possible en utilisant Tor (et plus spécifiquement le navigateur Tor Browser) que le dark web a pu se développer comme un ensemble de sites cachés finissant par l’extension .onion, accessibles avec le même navigateur. Comment accéder au Dark Web de TOR ? L’installation de Tor Browser est nécessaire, mais vous n’accéderez qu’à la page d’accueil du navigateur ; celle-ci vous propose d’effectuer des recherches via le moteur Duck Duck Go, mais les résultats que ce moteur vous proposera vous renverront sur des sites du clear web. Vous aurez donc besoin de trouver un point d’entrée grâce à des répertoires de sites onion ou des moteurs de recherche dédiés au réseau Tor.

Et le Web ?

.. et les Webs ! La démocratisation du Web et son essor fulgurant ont mis les moteurs de recherche au centre de l’accessibilité du Web. Cependant, certains sites sont très mal référencés par lesdits moteurs, voire non référencés ; ils sont soit « perdus » au milieu du Web (ils apparaîtront donc dans les dernières pages de résultats, que personne ne consulte jamais), soit paramétrés par l’administrateur de manière à ne pas être référencés par les moteurs de recherche, pour des raisons de discrétion. Ainsi, cette zone du Web très faiblement accessible allait devenir le Deep Web, par opposition au Clear Web (le web utilisé par le plus grand nombre). Par opposition au dark web, les sites du clear et du deep web partagent la même technologie centralisée non anonyme by design.